Bottes UGG Pas Cher en France!

Le concours Préventique 2009 des meilleurs mémoires d'étudiants en gestion des risques (106)

Couverture du Préventique Sécurité n° 106
106
Juillet-août
2009
Prix: 
23
N° ISSN: 
1262-4055

"Décloisonner l'action publique" - Entretien avec Jean-Louis Borloo

Facteur humain et crise
ICPE, une jurisprudence exceptionnelle
Pandémie grippale

Le dossier présente les lauréats 2009 du concours Préventique des meilleurs mémoires, tandis que le Grand Entretien s'adresse à Jean-Louis Borloo, alors à la tête d'un ministère de l'écologie aux domaines largement élargis, dans le 2e gouvernement de François Fillon, du 18 juin 2007 au 13 novembre 2010. Le Code de l'éducation édicte que "tout élève bénéficie d'une sensibilisation aux risques", d'où l'étude que nous proposons sur la perception des risques et des catastrophes majeurs chez les collégiens, réalisée dans le cadre d'une campagne pilote. Autre étude, autre cible, voici les résultats de l'impact des accidents technologiques sur les comportements des consommateurs, particulièrement ceux qui touchent l'AOC "Côteaux du Tricastin", voisine de la centrale nucléaire bien connue. Claude Hansen revient par ailleurs sur la question du facteur humain en période de crise, en en montrant les potentialités positives. La commémoration du séisme de Provence de 1909 a été l'occasion de rassembler l'ensemble des acteurs institutionnels et associatifs autour du risque sismique. Simon Charbonneau commente une jurisprudence exceptionnelle : l'annulation d'un refus d'autorisation d'un centre de traitement des déchets.
Dans la rubrique "Santé et travail", une médecin du travail, Bérénice Rapilly, lance une alerte sur l'avenir de la médecine du travail, Jacques Rondeleux présente un panorama des pratiques en lien avec la santé mentale et Jean Morvan évoque la traduction du concept de pénibilité au travail dans la législation française. Et le docteur Phan Chan The présente une démarche de planification pour le maintien des activités dans l'entreprise dans la pandémie grippale.

Extrait de l'éditorial: 

DANS UN ENTRETIEN RÉCENT avec des médecins du travail, la question du rôle qui leur est attribué m'est posée. Une nouvelle fois, devrais-je dire, tant la demande est fréquente depuis quelques années et, semble-t-il, depuis 2002, date à laquelle les services de médecine du travail sont devenus, par la volonté de la loi, des "services de santé au travail". Le changement du mot aurait-il obscurci ce qui était apparemment clair jusque-là ? Mais alors, comment expliquer que des médecins, qui savent qu'ils ont, depuis la création des services médicaux du travail en 1946, la mission d'éviter "toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail" soient désorientés par le mot ?

Contenus de la revue

Auteur(s):
Auteur(s):