L'accident de train de Brétigny du 12 juillet

Publié le 18/07/2013

Brétigny, on attend d’en savoir plus sur la libération de l’éclisse

Photo SNCF

Le 12 juillet, un train Inter Cités venant de Paris et se dirigeant vers Limoges a déraillé en gare de Bretigny, dans la banlieue parisienne. 4 personnes se trouvant sur les quais ont été tuées et 2 autres parmi les voyageurs. Neuf personnes ont également été gravement blessées dans l'accident. Le pronostic vital est engagé pour deux d'entre elles.

Les premiers commentaires ont fait état d’une trop grande vitesse du train, mais cette hypothèse a été très vite abandonnée, car des automatismes freinent les locomotives en cas de dépassement des vitesses programmées. D’autres ont souligné la vétusté des trains et de la ligne. Mais il semble qu’aucune anomalie mécanique n’ait été constatée lors de l'examen du train accidenté. En revanche, l’enquête technique a permis d’établir qu’une éclisse interne (une sorte d'agrafe, une énorme tige métallique et rectangulaire permettant de solidariser deux rails consécutifs, cf. photo ci-dessous), des rails gauches, complètement libérée de ses quatre goujons d’assemblage sur les extrémités des rails avait été projetée sur le cœur de l’aiguillage tout proche. Il lui a paru clair que la file de roues droites de la rame avait été soulevée en passant sur l’éclisse et était retombée à l’extérieur de la voie.

Photo SNCF

La vétusté de la ligne et la qualité de son entretien ont dès lors été l’objet des commentaires. Mais comme à la date du 17 juillet, nous ne disposons, d’aucune information sur les causes de la libération totale de l’éclisse et en particulier sur l’état des écrous et des goujons, cette explication nous paraît hâtive. Nous ne savons pas plus si l’éclisse externe est restée en place. Nous pouvons souhaiter que ces informations nous seront délivrées prochainement.
À moins que la justice, qui n’a décidé que le 16 au soir d’ouvrir une information qui paraissait devoir s’imposer dès le premier instant, n’enferme le dossier dans le secret de l’instruction.

Photo SNCF

Commentaires

Pouvez vous nous en dire plus car j'ai entendu à la radio que l'idée d'un sabotage serait envisagée par les enquêteurs ?

Les sabotages sont courants mais souvent cachés. Ils n'empêcheront pas que la question de l'entretien reste posée.

Le rapport du BEATT (Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre) sur l'accident est disponible en ligne à cette adresse :
http://www.bea-tt.developpement-durable.gouv.fr/bretigny-sur-orge-r198.html