L'urgence et le risque au cœur de notre société

Publié le 12/12/2013

Quoi de plus compliqué que le temps ? Nous sommes en effet sans cesse confrontés à la fuite du temps. Nous savons aussi que celui-ci est long tout en étant bien court. Comme l’a dit si joliment Irène Némirovski « le but est long et le temps est court ». C’est un premier obstacle à franchir si l’on veut réfléchir sur l’urgence.
Il en est un second qu’a énoncé Christophe Bouton : « quand tout devient urgent, plus rien ne semble l’être vraiment. » C’est le piège qui est tendu devant les gens pressés.
Mais il en est de nombreux autres encore, ce qui renforce la difficulté du traitement de l’urgence. Le dossier ouvert dans le n°132 de Préventique nous engage à chercher à y voir plus clair et à exprimer sa vision.
Des professionnels d’horizons très variés ont amené leurs visions, des analystes des accidents (l’Équipe française, M. Llory et R. Montmayeul) au spécialiste des crises (P. Lagadec), du toxicologue (J.-F. Narbonne) au médecin (P. Ruffié), de la sociologue (M. Hirschhorn) au militaire (A. Faupin). Une approche très spécifique est aussi présentée avec Ph. Borghini qui forme les pilotes d’avion à la maîtrise des phénomènes extrêmes.

Photo Rampant Gian via Flickr