De la pénibilité du travail salarié

Santé et travail

Que le mot travail ait succédé à ceux de labeur, de tâche ou encore d’œuvre, d’une façon aussi définitive et générale, n’est pas le fait du hasard. Jean Morvan renvoie avec bonheur à son étymologie et donc à souffrance et à peine. Mais quand on sait que le mot s’est imposé à partir de la fin du XVIIIe siècle, époque où la révolution industrielle modifiait brutalement et très durement les conditions de travail, il n’est pas interdit de penser que l’évolution du mot ait été portée par la pratique populaire plutôt que par l’Académie. C’est donc que la pénibilité au travail n’est pas un phénomène récent.
Ce que souligne notre auteur qui précise cependant que son étude ne porte pas sur le phénomène lui-même, mais sur sa traduction dans la législation du travail et dans la pratique de la négociation. Et, bien que la pénibilité ait encore du mal à s’affirmer comme une source de droits, Jean Morvan nous dit que c’est un vocable avec lequel il faudra désormais compter.

Auteur(s): 
Nombre de pages : 
3
1,43€